mercredi 21 décembre 2016

Noël à Trévarez : le bon cru 2016



Depuis 2010, c’est devenu un rituel : chaque année, on attend avec impatience l’ouverture de « Noël à Trévarez », qui est aux finistériens ce que les vitrines des grands magasins sont aux parisiens… En effet, depuis cette date, la classique, et un peu tristouille, exposition de crèches de Noël a fait place à des créations d’artistes au style magique et féérique…
Bref. Cette année c’est le grand retour d’Albert et Kiki Lemant, artistes déjà coupables des mémorables éditions de 2013 (où le personnage de Léon Zéravert faisait son apparition, dans une installation à l’envers) et 2014 (la cuisine de Léon). Cette fois l’installation prend le large avec la fabuleuse « Marie-Nounours », devenue pour l’occasion « l’arche de Léon » qui se porte à la rescousse des animaux (en peluche).
La Marie-Nounours trône donc fièrement au milieu des écuries dans son décor marin, avec sur ses flancs, des scénettes animées…






Ce que je préfère chez les Lemant, c’est leur sens du détail rigolo, des petites inscriptions décalées disséminées un peu partout. Comme par exemple dans cette scène de tatouage de nounours :


Sur les côtés de la salle, échoppes et réclames maritimes habillent les murs. On y trouve aussi bien des prothèses de pirates que des queues de sirènes à la dernière mode…



Et surtout, ne pas oublier de faire un tour par la Taverne des Malfoutus, adresse incontournable où vous trouverez déco de récup’ et marins saouls…



C’était aussi assez drôle d’y retrouver certains éléments déjà présents dans les éditions 2013 et 2014, comme le « fox » empaillé (fil rouge de l’édition 2014), le trophée de homard ou encore une Barbie sirène qui faisait déjà des plongeons en 2013…Et la Marie-Nounours était aussi déjà citée en 2014 !




Cette année nous avons fait l’impasse sur le petit atelier créatif, pris d’assaut par une nuée d’enfants et leurs parents, et sommes passées directement en boutique. La boutique installée dans les écuries propose tout un tas de petits objets déco, de jardin ou d’intérieur, ainsi que des livres surtout axés sur la nature et les jardins. Pour rester dans l’ambiance de l’expo j’y ai acheté la BO de la « Taverne des Malfoutus », et un livre d’Albert Lemant, pour rester dans leur univers décalé. J’ai aussi craqué pour un cœur-miroir à suspendre qui figurait dans la vitrine du prothésiste maritime…c’est un peu comme si je partais avec un bout de l’expo…



J’ai également acheté sur choix de ma fille, un gros flocon étincelant qui orne aujourd’hui le haut du sapin de noël, et une boule à thé, pile-poil dans mon thème de Noël de cette année (images à venir).


Bon, c’est pas tout ça, mais il est temps d’aller faire un tour dans le parc du château, parce que c’est un sacrilège de venir à Trévarez sans aller un minimum arpenter les chemins du domaine…Nous traversons donc le champ des sirènes afin de quitter le monde de la Marie-Nounours…


Le parc de Trévarez est surtout renommé pour ses collections de camélias et de rhododendrons, respectivement mises à l’honneur en mars et en mai. En cette fin d’année le show était assuré par les camélias sasanqua qui dégoulinaient de fleurs. 



La plupart des variétés de sasanqua sont parfumées, notamment celles à fleurs simples. Les fleurs doubles sont jolies mais dénuées d’odeur.


Longer le grand bassin qui a pris des couleurs d’automne…


…pour rejoindre mon lieu favori : l’ancienne carrière et son style japonisant, un peu plus terne à cette saison sans les feuillages colorés des érables japonais.



Mais la nuit tombe, et le deuxième spectacle de Noël à Trévarez peut commencer : les illuminations dans les allées du parc et sur la façade du château. Cette mise en lumière change chaque année et cette fois c’est le studio Pitaya qui s’y colle.
La grande allée partant des écuries est bordée de grands pots de fleurs lumineuses, puis la montée vers le château est survolée d’une nuée d’oiseaux-origami.



Le plus réussi est sans doute l’envolée d’oiseaux multicolores au pied du château.


La grande nouveauté cette année c’est la mise en lumière du chemin qui mène au potager, ainsi que la petite fontaine à proximité. 


La petite serre qui s’adosse au mur du potager était mise en valeur par une animation de fleurs s’épanouissant sur les parois en verre. Cette animation éclairait déjà les fenêtres du château l’année dernière, mais elle est plus pertinente et poétique à cet endroit…
video


Le potager accueillait pour la première fois, sous chapiteau, les œuvres de l’expo-concours « amateur » annuelle. En effet, chaque année, les écoles, centres de loisirs, maisons de retraite et particuliers sont invités à présenter une œuvre sur le thème de l’année (ici, donc, l’arche de Léon). Le public est invité à voter pour son œuvre préférée.
Il y en a pour tous les goûts : humoristique, poétique, enfantin, décalé, etc.



Mais la soirée avance, il faut quand même songer à rentrer…
Prochaine visite à Trévarez pour les camélias (25 et 26 mars 2017), en espérant être dispo pour y aller. 
Et si ce (long) billet  vous donne des envies de Noël à Trévarez, n'hésitez pas: c'est jusqu'à la fin des vacances!!
R.V l'année prochaine pour une nouvelle édition...

Pour les coups de coeur et de gueule jardinesques c'est aussi sur FB.